« Le bonheur ne serait pas le bonheur sans une chèvre qui joue du violon », Roger Michell

Je profite de cette journée pluvieuse, chère amie, chère lectrice, pour te conter quelques récentes anecdotes ou comment j’ai atterri de Buenos Aires en campagne berrichonne avec mon Argentin de 85 kg dans ma valise qui n’en fait que 23, il y a un peu plus de 3 semaines.

homme dans valise

Et pour ça…… et bien, écoute l’histoire de Tomy y Oli.

Alors voilà, Tomy a une petite amie,
Elle est belle (ben oui !!!;) et son prénom c’est Oli.
À eux deux ils forment le gang Tourterelle.
Chaqu’ fois qu’un hamburger de Geronimo ou qu’un whisky des petits vieux du kio(s)co ou
qu’une Quilmès Stout de La Peca se fait buter,
Qu’un chino ou qu’un vidéo club se fait braquer ,
Pour la polic’ ça ne fait pas d’mystèr’ , c’est signé Tomy y Oli.

Maint’nant chaqu’ fois qu’on essaie d’se ranger
De s’installer tranquill’s dans un meublé
Dans les trois jours voilà le badaboum
Des pesos qui s’cassent la gueule et qui font boom
Oli y Tomy

Un de ces quatr’ nous aurons un hostel en Patagonie ensemble
Moi j’m’en fous c’est pour Oli que je tremble
Quelle importanc’ que le système me fasse la peau
Moi Oli je tremble pour Tomy, mi machoricon hermoso.
Oli y Tomy

D’tout’ façon ils n’pouvaient plus s’en sortir
La seule solution c’était partir
Mais pas un les a suivis dans le Berry
Quand s’sont expatriés Oli y Tomy
Oli y Tomy

1042881894_small

♫ ♪ ♫ ♫ ♪

Mais avant de partir de Buenos Aires et de nous expatrier volontairement et temporairement dans le Berry – temporairement j’insiste bien….ben oui, agat-lu ben, on va pas tasoner et on va ben partir tantôt avec nos pochons pour avoir un cheu nous à nous 🙂 –  nous avons fait escales dans divers endroits.

Fin janvier, nous avons repeint et vidé notre appartement tout charmant, avec notre balcon tout mignon, notre immense arbre beau comme du marbre…. qui ne pourront tout de même pas nous faire oublier toutes ces « bip » sirènes de ces « biiip » d’ambulances en « bip biiip biiiip » trop grande abondance ….bref, nous avons quitté notre appart pour emménager dans un petit studio, avec toilettes et cuisine privées, à l’hôtel Gorriti 3944. Oulala.

Gorriti

Comme nous n’avions pas eu le temps de bien visiter notre futur palais, forcément nous n’avons pas été déçus. L’annonce disait « ambiance tropicale et accueillante » En effet, à peine entrés dans le studio, nous transpirions déjà à grosses gouttes de pluie amazonienne et 27 cucarachas nous aidaient à déballer nos provisions.

cucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacucacuca

Nous avons donc tenté de réduire l’humidité en plaçant des pièges à humidité qui consistaient en des déshumidificateurs faits maisons. Nous avons tenté d’amadouer les cucarachas avec des pièges à cucarachas qui consistaient en gros coups de sandales dans leur gueule. Mais nos colocataires nous ont bien fait comprendre qu’elles squattaient depuis plus longtemps que nous et que ce n’était pas parce qu’on payait depuis peu un loyer qu’on avait tous les droits ! Viva la Revoluciόn ! Non de nom d’une cucaracha gauchiste !revolucion

Bref, elles ont presque réussi à nous filer le cafard et nous sommes partis, nos sandales aux pieds et nos valises entre nos jambes. Nous avons fait halte pour une nuit dans une chambre sans cuisine ni toilette au 1er étage. Avant de redescendre au rez-de-chaussée…pour 2 mois de pur bonheur…

16261563-ilustraci-n-de-dibujos-animados-cucaracha-salir16261563-ilustraci-n-de-dibujos-animados-cucaracha-salir

 

 

 

 

 

 

chevre2 mois de pur bonheur à partager plus qu’un couloir, nos jours et nos nuits, avec des voisins adorables et prévenants…une veille bique aux cheveux blancs qui ne faisait pas du violon mais sa vaisselle à grandes eaux à 3h du matin ; un supporter de Boca qui balançait du gros son, des tambours, des tambours et du gros son à fonds les ballons bleus et jaunes avant chaque match de chaque dimanche de chaque semaine de chaque mois ; une famillstoner couplee partageant 12 m² à 9 en faisant les 3 8 ; un couple de gros « pendejos » qui passait leurs week-ends à se fumer des joints en rigolant bêtement et à mater des films jusqu’à pas d’heure…enfin jusqu’à pas d’heure, j’exagère…en fait jusqu’à l’heure où faute de ne pouvoir dormir, nous décidions de nous lever…bref, 2 mois de pur bonheur à ne pas pouvoir quitter ses tongs sous la douche de peur de cueillir des champignons non comestibles…

 

boca

 

…2 mois de pur bonheur qui nous ont décidés, dès que Tomy a reçu sa nationalité espagnole, à sauter dans le 1er avion direct Buenos Aires-Paris du 8 avril 2015.

« Mesdames, Messieurs, bonjour, bienvenue à bord de votre avion Air France-Argentine à destination de l’infini. Excellent temps sur l’ensemble du trajet avec certainement tout de même quelques turbulences à prévoir.

PNC aux portes. Armement des toboggans. Vérifiez la porte opposée et confirmez.

Les issues de secours se situent à l’avant, au centre et à l’arrière de l’appareil.

Le commandant de bord et l’ensemble de l’équipage souhaitent vous informer qu’il est encore temps de prendre vos jambes à votre cou. »

Mais ni l’un n’avait envie de débarquer sans l’autre, et l’un et l’autre avions envie de naviguer à bord du même avion, côte à côte.

« Veuillez alors attacher et ajuster votre ceinture de sécurité. »

Nous avons donc accroché nos mains l’une à l’autre, puis nous avons ajusté et serré nos ceintures pour nous payer un aller simple vers notre nouvelle vie.

« Au nom d’Air France-Argentine et de ses partenaires Skydream, le commandant de bord et l’ensemble de l’équipage vous souhaitent un excellent voyage. »

Avion en papier

Publicités

2 réflexions sur “« Le bonheur ne serait pas le bonheur sans une chèvre qui joue du violon », Roger Michell

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s