« L’eau, ce liquide si pernicieux, qu’une seule goutte suffit à troubler l’absinthe la plus pure », Alfred Jarry

Si l’alcool n’existait pas, les Bretons l’auraient certainement inventé. Je parle en mon nom bien sûr, et au nom du grand-père, du père et si ce n’est du saint esprit, je parle avec un esprit saint, j’ose parfois le penser.

Dans le contexte de ce post, je te parlerais au pluriel chères lectrices, puisque ce sont vous, amies chères, si ce n’est de toujours, aujourd’hui pour toujours, qui m’envoyaient cette citation à développer. Dans le contexte de ce post : après vous être bien murgées la gueule sous une fontaine d’absinthe !!

Télémultigramme d’alcool envoyé depuis Rennes…

» – – -«  »-.-«   (comprendre : « ok ! » en morse)

Bien reçu les filles 🙂 Que votre gueule de bois soit aussi grande que votre amour envers moi 🙂

Chères amies lectrices bretonnes, ne pensez pas donc que je me moque de la breton’attitude. Etant moi-même Bretonne, et alcoolique, je ne peux être que fière que cette fluide, mais non moins ferme, pensée ait été immortalisée sous la plume vaporeuse d’un xième Breton alcoolisé. Et pas le moindre ! Par le dernier et seul roi de son espèce, l’ubuesque Alfred Jarry, également inventeur de la Pataphysique.

Un de ses personnalités, le Docteur Faustroll, éminent spécialiste de la Pataphysique la définit lui-même comme la « science des solutions imaginaires qui accorde symboliquement aux linéaments les propriétés des objets décrits par leur virtualité», science « qui s’étend aussi loin au-delà de la métaphysique que la métaphysique au-delà de la physique ». Le pata plus fort que le méta. Le patapouf plus fort que la mégapouf. Bref, Alfred Jarry ou l’inventeur génial de la relativité littérale. Un Einstein du verbe. Un Freud du complément d’objet direct qui l’interprète comme indirect qui le ressent comme un attribut de son sujet qui n’est lui-même qu’une préposition dépendant du lieu et du temps qui l’entourent. Pour faire mot court, bref. Un Monsieur Soleil qui transforme une date en destin, une patate en festin, un spiritueux en spirituel.

Alors oui, chères amies, chères lectrices alcooliques, vous ne vouliez pas que je me désaltère, pardon, que je déblatère sur la Pataphysique mais sur l’Absinthe. Mais l’Absinthe est comme vous le savez un excellent instrument de la Pataphysique. Tout comme la Tequila à mon humble avis. Que l’eau soit par contre pernicieuse je n’en doute pas. Mettez quatre Bretons sous une fontaine d’eau, vous les transformerez en crêpes. Mettez quatre Bretons sous une fontaine d’absinthe, leur coquille s’ouvrira et vous y trouverez des perles !

Chères amies, chères lectrices, rendez-vous en septembre ! Cette fontaine d’absinthe m’a donné une soif que seules nos retrouvailles sauront étancher ! Hasta siempre !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s