« Un éléphant qui se balançait » comptine d’enfant revue et corrigée

Un italien qui se balançait sur une toile, toile, toile d’araignée, et qui trouvait ce jeu, tellement amusant, mais tout d’un coup ba-da-boum …. dans mon filet le rital !!! et ouais, la veuve noire meurt de faim ! Rien mangé ni digéré depuis des semaines, des mois, des siècles et des siècles. Amen. J’y crois. Et tu vas voir ce que tu vas voir, que tu sois marié ou non, soit tu me présentes un pote, soit je te dévore à la carbonara !

Et oui, je sais que ce n’est pas bien. Un homme marié quand même. Faut dire qu’il le cherche un peu. Et si on cherche la mierda avec moi, on la trouve. Vous savez de quoi je parle ! Ou pas ? Pour reprendre l’allégorie de l’amour avec un gros M… comme merdcredi (voir dans un post un peu plus bas si j’y suis),  cette histoire là a commencé la semaine dernière. Despedida (fête de départ) d’un ami. Je ne connais personne mais comme je suis sympa (et ouais je m’offre des fleurs de temps en temps car sinon qui le ferait?!), j’y vais. Bref, sympa, belle,  intelligente et dynamique comme je suis, j’arrive, scrute la salle,  et voit un homme seul. Je mets mon intelligence dynamique en mouvement, bref je bombe le torse et serre les fesses, et je fonce. Telle une araignée qui tisse sa toile cirée pour manger, telle une mante religieuse qui range son voile ensanglantée et affûté ses petites pattes coutelées, ou bien encore telle une toreadora dans l’arène… « Hola, quetal ? » « Bonjour comment vas-tu ». Chère lectrice, chère amie, en effet il y a plus original comme entrée sur scène. Mais bon, on ne peut pas non plus se lancer sur sa proie d’un coup, l’achever trop brusquement et lui croqué ses attributs avant d’avoir livré bataille. Je m’égare pardon. Bref. « Hola , patati et patata ». Non, ce n’est pas Mr Patate, rassurez-vous. Et ce n’est pas non plus un éléphant, bien que ca trompe énormément. Bref. « T’as un fiancé ? ». Le bougre. Du tac au tac. C’est lui qui me pique dans le flan. Gonflé le crapaud. « Non et toi, t’as une fiancée ? ». Il explose de rire et me montre son alliance. Pique et pique et colégram. Il commence à me gonfler le crapaud. Je ne me désarçonne pas. Je décide juste de m’alcooliser. Je commande un verre au bar il me suit. Et blablablablabla. Blibilibilibli. Ahahahha. Hihihihihi. La soirée se passe joyeusement. Je drague un autre gars. Il m’annonce qu’il est gay et qu’il pense qu’on s’entendra trop bien et qu’on sera super amis. Super ! Je reprends du jambon de parme. Le rital reprend de la gaufrette. « Tu sais quoi ? » me dit-il « J’ai un très bon ami la quarantaine, célibataire, charmant, qui aime voyager, il faut que je te le présente cette semaine, absolument. Il faudra que tu me passes ton numéro. » C’est l’as de pique qui pique ton cœur. Il est vraiment fortiche. Je me désarçonne, je m’alcoolise, on sort en boite de nuit. Bouteille de vodka, rires, fumées, danses. On repart vers une autre soirée. Danse, danse, danse. C’est lui qui la mène. Il me séduit et m’embrasse. Je te ramène ? Non, je vais prendre un taxi, merci. L’araignée prend ses huit  jambes à son cou en essayant de ne pas se casser la gueule dans les fils qu’elle a tissés. Le lendemain, on se revoit avec d’autres amis. « On avait beaucoup bu hier ! » « Ouh que oui ». On se tient bien. Il évoque à nouveau son prince charmant. Je lui file mon numéro. Super fortiche.

Pourquoi s’attaquer à plus fort que soit ? Un Italien….il a été bercé par Aphrodite elle-même qui l’ a plongé, tête la première et le reste juste après, dans la soupe aux bobards et à la drague quand il était petit. Comment lutter ?

La mante religieuse range ses couteaux et remet son voile. Je lui envoie un texto dans la semaine pour lui rappeler notre charmant accord. Il m’invite à sortir le lendemain. Je ne peux pas. Je l’invite à sortir le lendemain. Il vient. Seul. Et je le revois ce soir. Derrière chaque crapaud, un prince. Derrière chaque prince, une princesse. Et la princesse se taperait bien des petits-fours aux rognons de taureau pour le 14 juillet chez l’Ambassadeur au final! Ou pas. .. histoire à suivre…

Publicités

Une réflexion sur “« Un éléphant qui se balançait » comptine d’enfant revue et corrigée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s